Il y à comme une odeur de souffre [Lutèce] - Page 2
RSS
RSS

Partagez | .
 

 Il y à comme une odeur de souffre [Lutèce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Akhtai
Messages : 30
Date d'inscription : 15/11/2014

Feuille de route
Totem/Pouvoir: Croc | Alpha Dominante - Lutèce dégage une espèce d'aura qui attire le regard. La regarder plus d'un vingtaine de secondes dans les yeux vous intimide et vous rend terriblement obéissant.
Age du personnage: 45 ans
Métier: Policier pour animaux/Chef du Clan de chasse de l'Akhtai
avatar
Lutèce Syl'Hargash
Akhtai
MessageSujet: Re: Il y à comme une odeur de souffre [Lutèce]   Dim 25 Jan - 19:00

La chasseuse s’enfonce dans la nuit, veillant à effacer au fur et à mesure les traces qu’elle laisse dans la cendre volcanique. Elle a toujours cette étrange sensation de ne pas être seule et cela la pousse à faire disparaitre jusqu’à la plus petite parcelle de son passage. Pas par crainte non, mais par prudence en réalité. Son plan ne devait pas souffrir du moindre imprévu sinon il échouerait, elle en était certaine. Ses sens se tendent vers son environnement alors qu’un sourire se dessine à l’idée qu’un autre prédateur se promène dans les parages. Dommage, il faudrait sans doute y revenir plus tard. Sa respiration saccadée est à peine plus qu’un murmure lorsqu’elle atteint la grotte où elle se trouvait, une poignée d’heure plus tôt, avec Mikain. Main toujours fermement serrée sur son arc, Lutèce s’engage dans le goulot sombre sans un regard en arrière. Elle sent son tatouage pulser dans son dos rien qu’à l’idée de ce qu’elle s’apprête à faire. Détachée, la jeune femme savoure le silence tout juste troublé par le son du cuir qui se plie à chacun de ses pas. La lumière de la lune disparait peu à peu au fur et à mesure qu’elle s’enfonce dans les ténèbres. Ses yeux s’accoutument lentement à ses alentours, sans qu’elle puisse réellement affirmer savoir où elle mettait les pieds. L’archère tend l’oreille jusqu’à repérer les ronflements qu’elle cherche. L’un des monstres est toujours là, à monter la garde. Le sourire de Lutèce disparait dans sa concentration, soudain intense. A partir de maintenant, elle n’a plus le droit à l’erreur.

La commandante s’approche. Son cœur bat la chamade et elle a le plus grand mal à contenir l’adrénaline qui pulse, prêt à se libérer à la moindre seconde. Lentement, elle s’accroupit à une distance raisonnable de la créature et bande son arc. De longues secondes s’écoule avant qu’enfin elle relâche l’emprise de ses doigts. La flèche lâche un soupir en passant au-dessus de la forme vague que la chasseuse distingue dans la pénombre. Une paire d’yeux jaune s’ouvrent aussitôt et elle lâche un soupir de soulagement lorsqu’ils se fixent à l’endroit où elle se tapie. Vision nocturne, nul doute possible. Mais ce n’est qu’un détail. La bestiole se met à siffler et la voix de Lutèce traverse la grotte.

« Silence. » Nulle crainte ne transparait dans sa voix alors qu’elle recule graduellement. Un second ordre suit le premier. « Au pied. »

Sans le moindre souci de distance, la demoiselle se relève et fait le chemin en sens sans quitter l’animal du regard. Ils s’engouffrent tous les deux dans le passage et émergent à la faveur de la lune. Légèrement éblouie, Syl’Hargash pose une main sûre au sommet du crâne de la créature. La sensation, huilée et glacée, la fait frissonner mais sa proie ne bouge pas d’un pouce. Le charme du totem fonctionnait à la perfection. Une fois habituée à la lumière, l’alpha observe son subordonné d’un œil neuf. Un sourire satisfait transparait alors et elle tapote le sommet de la tête du gros lézard.

« Je vais t’appeler Othar, si tu me le permets. » Il plonge son regard dans le sien avant de secouer la tête avec vigueur, arrachant un rire à la jeune femme. « Parfait alors. Othar, j’ai besoin de ton aide. Je voudrais que tu pistes les odeurs pour moi. » L’animal tape du pied, hérisse brusquement ses écailles, faisant reculer sa camarade. Celle-ci laisse échapper un sifflement admiratif. « La vache, jolie armure. » Il lui répond d’un œil orgueilleux. « Bien alors tu es prêt. Othar, cherche. »

Le lézard se met en marche. Il est bien moins discret que Lutèce ne pourrait l’être en se promenant seule mais là n’était pas le but de sa sortie nocturne. Othar s’immobilise alors et lève son long cou écailleux avant de brusquement changer de direction en sifflant. Il se plante devant une large roche et tourne sa tête vers la femme qui le suit. Celle-ci arque un sourcil et s’avance à sa hauteur. Sa main se referme sur une flèche et elle bande à nouveau son arc. Elle s’approche à pas feutré des lieux puis s’élance brusquement en visant. La chasseuse allait relâcher ses doigts lorsqu’elle reconnue la menace tapie derrière le rocher. Tombant dans la poussière, elle tousse un peu avant de sauter sur ses pieds. Othar la regarde, interrogateur.

« Bordel Mikain. » Le lézard fait mine de charger mais Lutèce l’en empêche en se mettant devant le jeune homme. « Calme. Cherche. » Le monstre repart en sens inverse avec un soupir contrarié. Une sueur froide coule le long de la tempe de la chasseuse. Elle manque de jurer en prenant conscience qu’elle atteindrait sa limite bien avant ce qu’elle souhaitait. Sans jeter le moindre regard au mercenaire, elle lui fait signe de les suivre. « Qu’est-ce que tu fiches ici ? C'est dangereux de se promener seul dans ton état ! »

Devant eux, Othar trotte comme un gamin le ferait après un papillon. L’ancienne noble a du mal à croire qu’il s’agit de l’une des créatures, pataudes, qui sont responsables des blessures que porte le brun qui lui emboite le pas.

_________________
J'maroufle du margoulin en Slateblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il y à comme une odeur de souffre [Lutèce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Comme une odeur de souffre... [RP solo; PNJ on]
» « une odeur de poussières ▲ Alba • end
» Comme une odeur de déjà vu | [PV : Lydia]
» Comme l'odeur au derrière d'un phacochère xxx DYDY A TOI
» L'amitié c'est comme un oiseau, avec le temps c'est de plus en plus beau. [PV: Nuit d'Azur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kwanita Dena ::  :: Alentours :: Volcan-