Et la rumeur enfle, gonfle, explose et nous emporte [Pv Siegfried]
RSS
RSS

Partagez
 

 Et la rumeur enfle, gonfle, explose et nous emporte [Pv Siegfried]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Et la rumeur enfle, gonfle, explose et nous emporte [Pv Siegfried]   Et la rumeur enfle, gonfle, explose et nous emporte [Pv Siegfried] Icon_minitimeSam 28 Sep - 3:13

Kahl. Capitale lumineuse d'Heka, contrée mystérieuse où la magie n'était pas simplement un rêve, mais une réalité, une réalité enraciné dans le quotidien de tout à chacun sur cette terre tantôt hostile, tantôt accueillante. Les habitants de ce merveilleux royaume étaient souvent aussi instable que la terre elle-même, la folie semblant même les ronger assez aisément. Personne n'était assez fou cependant pour l'ignorer. Cette ville plus particulièrement. Le Roi, le parfait exemple de bipolarité ne faisait que leur rappeler continuellement de ne jamais baisser sa garde, la démence pouvait vous emporter l'esprit sournoisement. La ville grouillait d'activité, les marchands attiraient l'oeil des passants en les achalandant habilement, tout le monde vaquait à ses occupations, un sourire aux lèvres. Rien ne semblait pouvoir briser la sérénité de ce royaume, pas même les monstres féroces qui, parfois, tentaient de s'infiltrer en ville pour se sustenter. Il ne fallait quand même pas leur en vouloir, les voyageurs se faisaient rares.

Celeste se promenait, une ombrelle tenue afin de décourager les rayons du soleil. Barrière sommaire mais cependant très efficace. Enfin sommaire, l'ombrelle était tout de même assez bien ouvragée. Après tout il s'agissait de l'ombrelle de l'une des remarquables Grande Prêtresse de la capitale. Elle portait cette après-midi une rose presque blanche, longue, presque un peu trop, les épaules et les bras dénudés. Robe normalement réservée aux soirées, mais que voulez vous, la blonde aimait se démarquer des autres. Des boucles se balançaient allègrement à ses oreilles, soulignant finalement sa petite carrure. Lui donnant un petit air vulnérable, un air de petit lapin gentil. Effet consciemment recherché. Elle avait un rendez-vous très important aujourd'hui. Une simple entrevue avec le Roi. Simple, simple mais terriblement stressante pour le pauvre petit cœur de Celeste. Sa Majesté n'était pas connue pour sa sagesse et sa patience. Elle s'était même promise à l'occasion, de ne desserrer les lèvres qu'en ultime recours, tout en affichant un sourire, pas trop éclatant pour le coup, elle aimait attirer l'attention, certes mais pas celle des Rois instables susceptibles de vous torturer pour n'importe quel motif. La blonde n'était pas du genre à supporter la torture, ni même la douleur. Si jamais on marquait sa peau avec d'affreuses cicatrices il est probable qu'elle s'exile loin de tout.

Elle accélérait la cadence, afin d'arriver un peu en avance, la ponctualité n'était peut être pas le soucis premier de son Altesse Royale mais au moins s'il décidait par caprice de les recevoir en avance, elle était prête ! Heureusement qu'elle ne serait pas seule ! Les cinq autres Grands Prêtres de la capitale devaient également assister à cette... Audience. Ce qui était bon signe ! Le Roi n'en voulait pas à la blonde personnellement! Sans doute donnerait-il quelques consignes aux religieux, avant de, elle l'espérait vraiment, les relâcher sans rien ajouter d'autre. Celeste était particulièrement nerveuse à l'idée de revoir le souverain, non qu'elle ait quoi que ce soit à se reprocher. Les audiences du Roi pouvait se transformer en véritable en Enfer si vous aviez le malheur de lui déplaire ! S'il vous propose de continuer cette conversation en privé avec un sourire, ce n'est pas pour vous proposer une partie de jambe en l'air non ! Lui seul prendrait son pied avec son petit kit du parfait tortionnaire. Enfin. Ce ne sont là que des rumeurs. Des rumeurs qu'il valait mieux prendre au sérieux pour sa sécurité.

La jeune femme monta lentement les marches, la gorge presque nouée, un sourire cependant fiché sur les lèvres, ne pas faire tomber le masque. Saluer simplement les gardes et les simples Citoyens pour gravir l'escalier qui menait aux étages supérieurs. Le Roi ne les recevraient sans doute pas dans la salle du trône mais dans un boudoir à l'abri des regard et des oreilles indiscrètes. Elle croisa quelques collègues sur la route et se réunirent tous au premier étage. Tout le monde se toisait discrètement de l’œil, on sentait de la tension dans l'air et pourtant ils donnaient l'air de badiner tranquillement. Le chambellan vint bientôt les chercher et les conduire devant le boudoir du Roi où ce qui ressemblait le plus à un boudoir. La jeune femme inspira et resserra le nœud de la ceinture de sa robe, adressant une prière à Kel'Chin.

Quelques minutes après toute la petite assemblée ressortie, entière. Personne ne manquait à l'appelle et tout le monde avait conservé leur intégrité physique. Psychique, rien n'était moins sûr. La plupart des Grands Prêtres choisirent de se retirer simplement et de regagner l'église. Celeste elle redescendit au premier, cherchant une pièce pour se remettre de ses émotions. Elle entra dans la première venue. Grâce à Dieu celle-ci était vide. Cela ressemblait à un bureau mais le propriétaire n'était pas là pour s'en plaindre. Elle s'effondre, pour ainsi dire sur le siège du bureau, s'éventant le visage à l'aide de sa main. La journée n'était pas terminée, mais son cœur lui n'en pouvait déjà plus.
Revenir en haut Aller en bas
Akhtai | Général en chef des armées
Messages : 34
Date d'inscription : 10/07/2013

Feuille de route
Totem/Pouvoir:
Age du personnage:
Métier:
Siegfried Zanshin Oda
Siegfried Zanshin Oda
Akhtai | Général en chef des armées
MessageSujet: Re: Et la rumeur enfle, gonfle, explose et nous emporte [Pv Siegfried]   Et la rumeur enfle, gonfle, explose et nous emporte [Pv Siegfried] Icon_minitimeLun 7 Oct - 21:54

 Il me faisait face, lance pointé vers mon cœur. A ses côtés, un autre également armé de cette même arme, et encore un autre pareil. Les trois étaient en garde, prêts à me sauter dessus. Armes dégainées, j’étais moi-même en garde, rapière tenu en avant vers mes adversaires, passant instantanément de l’un à l’autre s’ils esquissaient le moindre geste, et Wakisachi tenu au-dessus de ma tête prêt à frapper quiconque avancerait, et en même temps prêt à bondir sur mes ennemis. Nous étions immobiles depuis plusieurs secondes, quand je décidai de prendre les devants. D’un rapide coup, je déviai une lance de ma rapière et toucha la poitrine du premier avec la pointe d’un mouvement sec. Alors que le seconde commençait seulement  à réagir, je tranchais son arme de ma seconde arme, et lui envoya un coup de pied latéral poussé droit qui le fit tomber en arrière, puis d’un mouvement sec, je me pivotais vers la gauche, esquivant la lance du troisième et en la repoussant après un tour de ma rapière, j’appliquais la lame de mon Wakisashi sur la gorge. Encore une fois j’avais gagné.

-Levez-vous et alignez-vous devant moi !

Les trois soldats s’exécutèrent rapidement. Ce n’était pas un combat, mais seulement un entrainement, et aucun n’étaient blessé, pas même le premier que j’avais juste touché de la pointe. Il doit saigner un peu, voilà tout, mais rien de grave, le métier qui rentre. Maintenant, je devais leurs dire à chacun ce qui n’allait pas. Je m’adressai d’abord au premier.

-Toi ! Ta garde est assez bonne, mais tu es trop crispé sur ton arme, ce qui te rends facile à esquiver, et lent à réagir, j’aurais pu bailler avant de te toucher que tu n’aurais pas eus le temps de faire quoi que ce soit !

Un véritable chêne centenaire cet homme, grand, massif, fort, un soldat très prometteur, mais à l’image d’un arbre, sec et dur, aucune souplesse, très simple à dévier comme je lui disais, mais une fois ce défaut corriger, il ira loin.

-Oui général, merci.

Un hochement de tête, et je passai au deuxième soldat.

-Toi c’est ta concentration qui ne va pas, tu as été trop long à réagir, ton arme était tranchée alors que tu esquissais seulement un geste, cela te coûtera la vie si tu n’améliore pas ça ! Concentres-toi ! Sur la respiration de ton adversaire, le moindre de ses mouvements, son regard… Tout est un signe pour savoir quand il attaquera, ou à quel moment tu pourras à l’inverse l’attaquer. Penses-y la prochaine fois !

J’avais l’impression d’avoir un homme saoule en face de moi, reflexes et concentration insuffisants, le genre de personne à foncer sans réfléchir, très bon en attaque et agile, mais complètement perdu en défense. L’équilibre est une chose vitale, à travailler.

-Je ferais au mieux !

Je le fixai.

-Non, tu réussiras !

Ne jamais ce dire qu’on essayera, mais qu’on le fera, je suis convaincu que la conviction est le meilleur moyen d’arriver à ses fins, et puis ainsi, même si on échoue, on se rapproche toujours plus de son objectif final, ce qui est toujours ça de prit. Au tour du troisième soldat à présent.

-Toi, ton attaque était correcte et envoyée tôt, mais j’ai su que tu la lançais avant même que ton arme ne fut partie, car tu n’as pas assez corrigé ton appel. Au moment où tu as décidé de m’attaquer, tu as légèrement avancé ton pied et eut un mouvement en avant avec ton corps, je savais alors que l’attaque arrivait. Cela dit, contre un soldat normal, cela ne te poserait pas de problème, mais face à un homme expérimenté, tu pourrais y laisser la vie ! Sinon je suis content de toi, tu es un bon soldat.

Celui-là ira loin. Fort sans être imposant, des muscles fins naturels, rapide, efficace, et quelques notions de stratégies, je le garde sous la main en vue d’une promotion s’il fait ses preuves au combat, des hommes comme lui sont toujours nécessaires.

-Merci général Oda.

J’aimais bien cette appellation, je la trouvais… moins protocolaire. Mais pas le temps de flatter mon propre égo, on y retourne.

-Bon, maintenant que je vous ai dit ce qui n’allait pas, tous en place, on reprend ! Et  celui qui ne corrigera pas ses défauts ira se coucher avec des courbatures partout et le corps couvert d’ecchymoses tellement je le ferai combattre contre moi au sabre de bois ! Et je parle bien de se coucher alors qu’on est le matin, ce n’est pas une erreur, combattre toute la journée n’est pas un problème !

 Heureusement pour eux, je fus satisfait de leur travail, et ils purent rentrer dans un était potable. L’entrainement était terminé pour le moment, d’autant qu’il n’était pas officiel, j’étais juste sorti me promener quand j’ai aperçus ces trois soldats qui s’entrainaient entre eux. Ne ratant jamais une occasion de dégainer, je suis allé les aider. En principe, je n’avais pas à faire les entrainements, il y avait des instructeurs pour cela, mais j’aimais cependant le faire le plus souvent possible, d’une part pour demeurer un général proche de ses hommes, ensuite parce que cela me plaisait plus que tout, cette ambiance guerrière, le combat… Et enfin, afin de ne jamais oublier et que tout le monde sache que je suis moi-même parti de simple soldat. Il est vrai que je parlais à mes hommes de manière assez sèche et abrupte, mais j’étais cependant attaché à eux, et malgré mon grade, je les considérais tous comme mes frères de combat, et j’avais confiance en eux comme ils avaient confiance en moi.

 Je quittais la cours du palais pour rentrer dans l’enceinte, afin de retrouver mon bureau, prendre une douche dans le petit cabinet intégré, et prendre de quoi entretenir mes armes. C’était peut-être un peu maniaque de ma part, mais j’aimais m’occuper d’elles après chaque utilisation. En rentrant, je croisais trois Grands Prêtres, qui avaient l’air plus pâle que la normale. Je m’inclinais légèrement à leur passage, prononçant le nom de Kel'Chin, notre dieu plus ou moins forcé, que je ne vénère en réalité pas du tout, mais je devais feinter, ou alors ma vie risquerait de devenir encore plus courte que prévue, car le Roi lui-même vénérait ce dieu, et s’il s’apprenait que Siegfried Zanshin Oda, Général en chef des armées de Heka, ne croyais en rien d’autre qu’à ses armes, au chemin de la vie et aux énergies, cela risquerait d’être très mal vue… Une fois le groupe passé, je demandais à un des gardes d’où ils venaient.

-Apparemment ils ont été convoqués par le Roi lui-même, ça a dû les inquiéter un peu.

En disant cela, il s’esclaffa.

-On aurait dit qu’ils allaient tout droit vers l’abattoir, ils n’ont même pas l’air de comprendre qu’ils sont toujours en vie ! Kel'Chin les protège pourtant.

Je remerciais le garde, et me hâta vers mon bureau, avec l’envie d’être tranquille un instant. Arrivé devant ma porte, j’entendis une respiration venant de l’intérieur. Je mis mes armes en évidences, des fois qu’une mauvaise surprise m’attende derrière la porte, et entrai. Je vis alors une femme blonde surement jolie assise sur mon siège derrière mon bureau dans cette pièce qui l’appartient. Une Grande Prêtresse visiblement perturbée… Le Roi n’avait vraiment pas une bonne réputation.

-Je n’étais pas au courant que j’avais de la visite de prévue. Qui êtes-vous et que voulez-vous, Grande Prêtresse de Kel'Chin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Et la rumeur enfle, gonfle, explose et nous emporte [Pv Siegfried]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Les republicains font circuler une rumeur sur le net...
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kwanita Dena ::  :: Rps abandonnés-
Et la rumeur enfle, gonfle, explose et nous emporte [Pv Siegfried] 1406414697-part